Motricité libre et évolution de bébé: mon avis

Suite aux vidéos que j'ai mises de ma princesse qui se retourne du dos vers le ventre, 
j'ai eu de nombreux messages privés de mamans paniquées/angoissées 
parce que leur bébé ne faisait pas ça, que chez elles, 
bébé était directement passé au stade assis sans faire de 4 pattes, 
qu'elles avaient l'impression que bébé n'évoluait pas etc.

J'ai décidé du coup de donner mon point de vue sur la question 
et vous expliquer comment je vois les choses question motricité. 
Bien évidemment, je n'ai pas la science infuse et je ne dis pas que j'ai raison mais mon avis peut peut-être en éclairer quelques unes ou du moins, les détendre!

Il faut savoir que Lily est hypertonique (un article a déjà été rédigé sur le sujet), ce qui fait qu'il a été impossible pour nous de la "bloquer" dans un transat ou autre. Au lieu d'insister, nous avons accepté le fait qu'il lui fallait de l'espace. Je me suis dès lors renseignée sur la motricité libre et Montessori. Voici ce qu'il en ressort.


On lui laisse de la place

Nous avons commencé par retirer son matelas du parc et le mettre au sol. Un bon moyen pour elle d'être stimulée par nos passages, les chats, les bruits, les déplacements tout en étant totalement libre de ses mouvements, à elle de décider dès lors si elle voulait juste rester allongée à fixer le plafond ou si elle désirait bouger sa tête, toucher ses mains, attraper un doudou ou autre. Bien évidemment, par sécurité, elle est également parfois dans un Doomoo ou un transat attachée mais on évite ces moments au maximum, un bébé doit bouger et découvrir le monde mais principalement au moment où il se sent prêt/en a l'envie. Imaginez qu'on vous installe dans un fauteuil tout douillet avec une console vidéo et de la nourriture à portée de main... vous aussi vous allez vous laisser vivre. Puis on vous déplace 1h et on attend de vous que vous fassiez quelque chose de nouveau... Impossible.

On laisse bébé apprendre par lui-même 

Depuis le début, je ne désire pas la laisser pleurer et je ne le fais pas. Lorsqu'elle pleure, c'est terminé, on bouge de là, on change de jouet, de position, etc. Mais on évite au maximum d'intervenir dans ses interactions avec les objets, dans ses mouvements et autres. C'est comme ça que parfois, on l'a vu se dépatouiller 30 min à attraper un doudou qu'on aurait pu lui mettre dans la main (là, j'avoue, il faut vachement ronger son frein et se retenir de lui faciliter la vie) ou encore rester coincée dans une position bizarre mais qui n'a pas l'air de la déranger. Tant qu'elle ne pleure pas, c'est que cela lui convient. Cela leur permet ainsi de comprendre les mouvements à effectuer, intégrer la 3D et leur capacité à réaliser quelque chose par eux-même.

On ne panique pas à sa place

Vous allez vite le remarquer, lorsque bébé est face à l'inconnu, il va se tourner vers vous pour regarder votre réaction. Pleurez et il va pleurer, souriez et il va sourire. L'enfant va juger de la peur ou non qu'il doit créer face à des situations simples en vous regardant. Lorsque l'enfant attrape un objet, souriez. Lorsqu'il se met un jouet dans la figure, regardez s'il ne s'est pas fait vraiment mal et si pas, souriez en lui disant que ça lui arrivera encore souvent.
Lily nous a regardé avec de grands yeux la première fois qu'elle s'est mise de l'eau dans la figure en tapant dans son bain. Nous lui avons enlevé, nous avons rigolé et depuis, elle attend juste qu'on lui frotte le visage quand ça arrive. 

Exit les dictats 

Depuis le début, notre princesse ne supporte pas d'être sur le ventre. Je ne vais pas mentir, cela m'a énormément angoissé quand on m'a dit qu'il n'était pas normal qu'un bébé de 5 mois ne sache pas se retourner du ventre vers le dos, qu'il fallait la laisser au moins 40 min par jour sur le ventre (alors qu'après 30 secondes c'était des cris sans fin) et que sans cela, elle ne saurait pas évoluer. Mais tant pis. Elle ne veut pas, elle ne veut pas. Je n'aime pas dormir sur le dos et personne la nuit ne me remet dans cette position parce qu' "il faut". Cela ne nous a pas empêché de la poser sur le coussin d'allaitement qu'elle tolérait bcp mieux et de tenter de la stimuler pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à avoir peur d'être dans cette position. 

Pour moi, il y a des douleurs et des peurs que les adultes ne comprennent pas ou ne se souviennent pas. 
Je me suis alors renseignée sur cette fameuse "nécessité du ventre vers le dos"... ce que j'ai découvert? Il n'y en a aucune dans un premier temps! Bébé est sensé pouvoir se retourner du ventre vers le dos à 3 mois et du dos vers le ventre à 5-6 mois... Oui il y a un gros trou entre les 2 où apparemment les gosses peuvent prendre des vacances...

Il n'y a pas de timing défini 

Chaque enfant est différent, il n'y a aucun timing nécessaire. Le pédiatre nous a dit une chose toute simple qui m'a énormément fait relativiser: tant qu'un enfant évolue, c'est tout ce qui compte. Que ce soit au niveau du langage, de la conscience de son corps, de ses mouvements, de ses mimiques, si l'enfant apprend quelque chose c'est tout ce qui importe.


On ne met pas bébé dans une position qu'il ne maitrise pas...

... voici le meilleur conseil de notre sage-femme. Vous pouvez mettre bébé en position assise mais rien ne sert de lui apprendre cela à longueur de temps jusqu'à ce qu'il tienne droit. Certes, il tiendra assis et ce sera une grande fierté pour les parents, mais il n'aura pas appris grand chose. 

Imaginez que l'on vous mette en position du poirier et qu'à chaque fois que vous tombez, on vous remet dans la même position, et ce tous les jours jusqu'à ce que vous teniez. Alors oui vous saurez le faire mais vous n'aurez aucune idée de la manière de vous mettre dans cette position, aucune idée de ce qu'il peut arriver si vous tombez et risquez en plus de vous déboîtez une épaule. Pour les positions de bébé, c'est pareil. Notre princesse tient assise mais est totalement incapable de tenir un objet dans ses mains quand elle est dans cette position parce que cela lui demande toute sa concentration. Résultat? Elle tombe en avant, se retourne sur le dos et se retrouve coincée à pleurer. Elle n'a absolument pas acquis le fait qu'elle peut  pousser avec ses bras quand elle penche en avant. 
On lui fait confiance

Hors enfants avec de réels problèmes moteurs... connaissez-vous des enfants de 3 ans qui restent constamment assis sans vouloir bouger? Non. Chaque enfant a son rythme et vous n'imaginez peut-être pas la quantité d'informations qu'il enregistre avant de se lancer.
Et c'est une des partie les plus importantes de la motricité libre: avoir suffisamment confiance que pour le laisser aller à son rythme, apprendre à sa façon et recommencer 20 000 fois s'il le faut mais il y arrivera! 

L'évolution peut être discrète

Chaque enfant est différent et leur apprentissage peut-être très discret. La nôtre a énormément stagné au moment où elle est rentrée à la crèche. 3 semaines sans aucune évolution. J'ai même cru que la crèche l'abrutissait. Puis nous avons été dans la famille où ses petits cousins et cousines couraient, hurlaient, lui tripotaient les pieds, la regardaient de près etc. Elle qui sursautait au moindre bruit n'a pas bronché. Elle a attrapé les jouets qu'on lui donnait, a souri, a regardé les autres enfants. En réalité. pendant ses 3 semaines de crèche, elle avait appris une certaine sociabilisation dont on ne se doutait absolument pas.

On évite les habits étriqués et trop recherchés

Comment voulez-vous que l'enfant découvre ses pieds si depuis toujours, il porte des chaussures qui ne lui servent à rien à part faire joli? 
La meilleure des tenues? Un body et un legging ou un pyjama. C'est simple, pratique, sans pli ni objet qui va le déranger dans ses mouvements. Vous pourrez l'habiller tout joli suffisamment souvent que pour le laisser tranquille à la maison. 

On le laisse chipoter

Les jouets sont vraiment chouettes à notre époque mais cela ne veut pas dire qu'il faut l'empêcher de toucher aux choses. Toujours de manière surveillée, on la laisse toucher le chat, on lui donne une orange ou un tupperware quand on cuisine. Ils apprennent les textures, les formes, les poids. Acheter une ribambelle de jouets n'est pas nécessaire, tout les intéresse. 

De petits détails qui peuvent permettre à bébé de grandir à sa façon, 
à son rythme et en tout confiance :)







1 commentaire:

  1. Hello,
    Merci pour ton article, j'adore ton style d'écriture et ta façon de voir les choses et la même que la mienne. :)

    Bonne journée :)

    RépondreSupprimer