À J-15 de la date prévue d'accouchement,
 j'avais envie de vous faire un petit bilan de ces 9 mois de grossesse avec en résumé: 
ce que je recommencerais sans hésiter et ce que je changerais.

On imagine toute sa grossesse d'une manière bien particulière, on l'idéalise, on la rêve puis la réalité arrive et parfois, ça ne ressemble en rien à ce qu'on avait prévu!
Parfois c'est 1000 fois pire, parfois 1000 fois mieux.


Ce que je ne recommencerais pas:

1. M'évertuer à faire comprendre aux gens que la grossesse n'est pas une partie de plaisir H24. Je me suis beaucoup battue au début de ma grossesse pour être sincère et dire quand ça allait mais aussi quand ça n'allait pas! Résultats: des remarques en tout genre comme quoi j'avais une horrible grossesse, la pire dont les gens avaient entendu parler, que je devrais quitter mon boulot pour me détendre et j'en passe. Finalement, les remarques ont été marquantes et peu de gens ont admis que j'avais raison. Sauf maintenant que je suis entourée de femmes enceintes qui se rendent compte que le pays des licornes n'existe pas. Et toc! Soyez nauséeuses et fatiguées maintenant!

2. Me stresser sur l'aspect financier. J'avais extrêmement peur de me laisser déborder financièrement et de devoir puiser sur mes fonds propres petit à petit. En effet, je ne suis pas radine mais j'aime avoir un œil clair sur mes finances. Or avec la grossesse, aucune idée au départ de ce qu'il faut, de ce que ça coûte, et les frais auxquels on ne pense pas s'accumulent. Pour me rassurer, j'ai fait des comptes et des calculs et encore des comptes. Au final... il faut de toute façon acheter ce qu'il faut donc pas vraiment le choix. Nous avons réussi à tout payer en ne touchant pas à nos économies. Pour ma part, il y aura juste 3 mois où je n'aurai pas mis un centime de côté. Tant pis. Il y a pire.

3. Écouter les conseils des gens. Je crois que mon plus gros souci avec cette grossesse et la chose que je changerais sans hésiter, ça aura été de ne pas m'avoir fait assez confiance. Une fois enceinte, on reçoit des conseils de toute part. Pour les 3/4, dans le but d'aider mais on se retrouve vite à se poser 10 000 questions.
"Achetez un max en seconde main, elle ne s'en servira pas lgtps" (alors qu'il n'y a pas photo, j'aime craquer en magasin), "Vous mettez un prix pareil pour la poussette?" (ce qui était important pour nous puisqu'on compte beaucoup bouger), "tu devrais arrêter de travailler et te reposer" (impensable pour moi qui ne tient pas en place), "vous avez déjà fait ci? fait ça? Il faudrait y penser vous n'aurez plus le temps après!" (rha l'angoisse!) Finalement, à chaque fois qu'on a suivi notre idée première, tout s'est très bien déroulé. Avec du recul, je me rends compte que j'aurais gagné beaucoup de temps à suivre mon instinct dès le début au lieu de me demander si on faisait bien.

4. Me préoccuper autant de la santé du Bébé. Ce qui a gâché une grosse partie de la grossesse, c'était cette peur que quelque chose n'aille pas bien chez elle. Étant moi-même une enfant qui a séjourné des années à l'hôpital, j'avais une peur bleue qu'elle récupère une tare ou une fragilité. Chaque échographie, chaque petit bobo m'effrayait pour elle. Il a fallut que je passe le cap des 27 semaines viables pour souffler et des 37 semaines pour être épanouie. Finalement, elle va très bien et j'aurais dû lui faire confiance.


5. Écouter les comparaisons. Dans le monde merveilleux des mamans et femmes enceintes, soyons franches, il y a 90% des femmes qui se compareront (pour se rassurer je suppose). Je suis très sensible à cela, me sentant vite inférieure. Entre les comparaisons de poids, d'épanouissement, de taille de ventre, d'achats, de moyens financiers et j'en passe, cela m'a miné le moral. Parce que oui, je n'ai pas pris beaucoup de poids mais je ne fais pas du 36 pour autant. Non, je n'ai pas les moyens de lui acheter des vêtements faits par des créateurs indépendants. Non, je n'ai pas la capacité de faire de jolies photos sur fond blanc style magazine "je suis trop heureuse je suis parfaite" et je ne le veux pas. Et parfois, les femmes blessent sans le vouloir. À recommencer, je ne me remettrais plus autant en question et j'éviterais de me sentir "nulle" là où on fait toutes de notre mieux. 



Ce que je recommencerais sans hésiter:

1. Vivre. Eh oui, ça peut paraître stupide mais j'ai vu de nombreuses de femmes enceintes arrêter de vivre, arrêter de travailler, arrêter de faire des efforts physiques, sortir etc. Avec des contractions prématurées, on m'a dit d'arrêter encore et encore. Je ne voulais pas, je ne le sentais pas. Au final, je n'ai pas vu cette grossesse passer, on a gardé une vie sociale bien remplie là où j'en ai vu beaucoup se sentir seule et on s'impatiente à J-15 alors que d'autres tournent en rond depuis plusieurs mois.

2. Acheter ce dont j'ai envie. On a mis 1000€ dans une poussette? Bah oui et elle claque! On a acheté un porte-bébé, une écharpe de portage, le maxicosi complet hors de prix? Bah oui. Elle a des tenues dans tous les sens? Aussi! Ça m'a fait énormément de bien de craquer, j'adore ce qu'on a acheté et j'ai hâte de la voir dedans. On s'est fait plaisir pour elle mais aussi pour nous.

 
3. Profiter un maximum tant qu'on est à 2. Dès l'annonce de la grossesse, on a voulu profiter de nos derniers moments à 2. Restaurants, cinéma, lunch sur le pouce, balades, moments TV-grignotage-aprèm en pyjama. Pour rien au monde je ne changerais ces moments purement égoïstes qu'on a pris en pensant à nous. Notre couple est toujours au top après ces 9 mois et on a encore plein de projets pour après.



4. Ne pas respecter les règles. Je m'explique: il faut faire une Babyshower, il faut acheter des vêtements de grossesse, il faut penser Bébé, il faut passer son dimanche à tricoter, il faut faire extrêmement gaffe à la toxo. Autant de règles souvent sous-entendues qu'on n'a pas du tout respecter (comprenez bien que niveau dical, on a respecté ce qu'il fallait mais sans psychoter)! Chez nous, Babyshower aura rimé avec raclette party, gestion de la toxo = morceaux de saucissons parfois et dimanche aura été avec billard et cinéma. On a choqué parfois parce qu'on ne donnait pas l'impression d'être de futurs parents mais tant pis. On a profité et c'était le plus important. Bye bye les clichés où il faut parler Bébé autour d'un thé le samedi après-midi. On avait de forts caractères avant, on les aura après. Et qu'est-ce qu'on a profité!

5. Prévoir le pire. Depuis le début, je m'imagine le pire pour tout. Ça peut paraître fou et on m'a dit que j'étais extrêmement négative mais non, je prévois juste le meilleur mais aussi le pire. Par exemple, pour l'accouchement, je m'attends à tout! De l'accouchement qui durera 48h, à la césarienne en passant même par la mort. Choquant peut-être mais en attendant, je me sens prête là où j'en vois beaucoup s'imaginer un accouchement parfait et tomber de tellement haut que ça finit en crise d'angoisse et en déception. Idem pour l'écho morphologique où j'étais prête à entendre un souci de santé, ou encore la trisomie où on avait déjà pris notre décision si cela devait s'avérer positif. Je n'étais pas négative mais j'avais besoin de me sentir prête. On m'a fait de nombreuses remarques à ce sujet et pourtant, quand on a eu le risque de trisomie, cela m'a empêché de sombrer. Pareil pour le diabète gestationnel. J'ai évité de tomber de trop haut.

Voilà un peu ce que je changerais ou non. 
Je pense que toutes les femmes enceintes ont des regrets 
et des moments merveilleux en tête. 
Dans l'ensemble, je recommencerais sans hésiter mais en faisant plus confiance à la vie et à ce qu'elle nous offre. Je partirais plus sereine dans cette aventure pour laquelle quoi qu'on pense, on ne sera jamais vraiment prête. 

Avant de vous parler de mes petits rituels de grossesse
je tenais à vous prévenir dès le début que le gynéco et la sage-femme m'ont bien mentionné que si la peau devait craquer, elle craquerait. 

On ne contrôle malheureusement pas tout et la présence de vergetures ne veut pas dire que 1) vous avez échoué 2) vous vous êtes mal occupée de vous 3) l'effet est irrémédiable (même s'il l'est dans un sens, il sera toujours possible de l'atténuer par la suite).
 

Pour ma part, j'ai utilisé 3 produits différents durant toute ma grossesse 
et j'en ressors (pour l'instant) indemne *ouf*


L'Huile Weleda de grossesse pour hydrater. Mon gros coup de cœur de cette grossesse. L'huile sent bon, elle pénètre facilement et ne coûte pas trop cher.
J'ai préféré prendre celle-ci plutôt qu'une autre pour plusieurs raisons. Tout d'abord, pour le fait qu'il n'y ait pas de produits cracra comme dans d'autres marques style Bio-Oil. On ne connait toujours pas l'effet exact de certaines substances et dans le doute, je préfère m'abstenir. Ensuite, elle est facilement trouvable partout. Si je vide une bouteille, pas besoin de me casser la tête à en recommander ou parcourir des km, il y en a dans tous les Di. Et enfin, je tenais à avoir un produit de qualité mais qui sente bon. En effet, j'ai des huiles de calophylle, rose musquée et j'en passe à la maison mais pas de chance, avec la grossesse et mon odorat qui s'est surdéveloppé, le simple fait de les sentir me donnait des nausées. 
Je l'ai appliqué tous les 2-3 jours environ en version "wrap", c'est-à-dire en mettant la dose et en plaquant un t-shirt dessus avant d'aller dormir. Pas très glamour mais je me suis arrangée pour le faire quand l'homme travaillait tard ou qu'on se faisait une soirée pyjama.


La crème Alverde pour nourrirIl y a une grande différence entre hydrater et nourrir. Hydrater = apporter de l'eau. Nourrir = apporter des lipides.
Pour ma part, ma peau avait surtout besoin d'être nourrie
Fan des produits Alverde, il me restait un énorme pot de crème pour le corps qui se rapproche fortement niveau texture des crèmes corps Body Shop, les composants bizarres en moins. Je me suis dit que j'allais en profiter pour vider mes stocks et finalement, j'y ai trouve mon bonheur.
Elle sent bon mais pas trop fort (plusieurs parfums sont disponibles d'ailleurs), est grasse mais ne colle pas et niveau nutrition, je pouvais sentir encore mon ventre tout doux sous l'eau de la douche tellement elle avait bien fait son travail. 
Certes, moins facile à trouver, son grand avantage est son prix: moins de 3€ l'énorme pot! Autant dire que vous pouvez vous tartiner sans vous ruiner! 
Je l'ai utilisé à petite dose tous les jours et dès que mon ventre chatouillait (signe que ça tire). Les jours de grand froid, comme pour l'huile Weleda, le mode "wrap" a fait des merveilles.


Une huile de massage lubrifiante. Et là, vous vous dites "wtf?" Si, Si je vous ai vu! Je vous explique tout ça. 
À la base, un de nos produits lubrifiants était tout plaquant après utilisation. Pour ne pas le déposer sur le bord de l'évier et tout salir, je l'ai mise dans la douche en attendant. 
En allant me laver un jour, mon ventre a tiraillé juste après avoir utilisé mon gel douche. Sensation désagréable alors que je devais encore me laver les cheveux, me raser, utiliser ma cellublue,... en gros y passer un bon quart d'heure. Du coup, sur une idée stupide, je me suis dit "bah je vais mettre un peu de lubrifiant en attendant ça ne peut pas faire de mal" et là, miracle! Ma peau ne tiraille plus et je vois l'eau perler sur mon ventre donc qui ne m'assèche plus, puisque cela crée comme une barrière grasse.
Par curiosité, j'ai réitéré l'expérience et à chaque fois, cela m'évitait les tiraillements post-gel douche avec l'avantage qu'en sortant de l'eau, un coup d'essuie et ma peau ne collait pas! Parfait pour s'habiller sans s'en mettre partout. Depuis, j'ai gardé cette petite habitude de mettre une noisette d'huile juste après m'être lavée avant de soit mettre ma crème soit de royalement oublier vu que soyons franches, parfois, on zappe aussi!

Eh bien oui, après la naissance de BabyGirl, il y aura bien un après!
Et même si j'admets que je pense à elle les 3/4 du temps, que presque tous mes achats sont pour cette pépète et que notre vie va certainement se mettre au diapason de ce petit être vivant, j'ai tout de même envie de penser à moi une fois qu'elle sera là et il y a des choses que je compte bien faire...

Reprendre le sport. A petite dose et certainement en adaptation avec ses horaires à elle mais le sport me manque! Vraiment! Mon corps n'a pas "souffert" par la prise de poids mais je sens que j'ai perdu énormément de tonicité! J'ai envie d'aller marcher/courir, de me dépasser, de me vider la tête, de n'avoir qu'une seule chose à faire: compter mes pas, mes pulsations. C'est un mélange de besoin physique et mental.
Il n'y a pas photo, dès que ce sera possible, je pense déjà recommencer les ballades petit à petit en la portant ou en la promenant en poussette! (bon ça, je n'ai pas attendu son arrivée en fait :p)

Me couper les cheveux. C'est bête, je sais. Ce n'est pas parce que je suis enceinte que je ne peux pas le faire. Mais je profite d'avoir une jolie tignasse pour les laisser bien longs avant d'avoir le fameux retour d'hormones qui fera que je risque de les perdre par touffes. Dès que ce sera le cas, j'ai envie d'une coupe de cheveux plus "fun", plus féminine, plus travaillée dans ce style-là:


Un écarteur d'oreille. Je comptais en faire un avant de savoir que j'étais enceinte. Pas grand du tout, juste de quoi donner un petit style légèrement différent. Comme pour les cheveux, rien ne m'empêche de le faire enceinte mais je ne suis pas à l'abri d'une inflammation, complication ou autre, du coup, j'ai préféré éviter.


Dans les "changements corporels", mon rêve de grand tatouage à l'épaule est toujours d'actualité. J'étais sensée avoir un rdv au mois d'octobre pour effectuer cette grande pièce mais là, c'était non directement avec la grossesse. Eh oui, babygirl aura une maman tatouée, je trouve cela magnifique!

Et pour finir, ce que la grossesse a le plus détruit chez moi, ce sont mes dents! Eh oui, malgré une hygiène au top, rien à faire, elles ont souffert certainement à cause des remontées acides. Je me suis occupée de l'essentiel en limitant un maximum l'utilisation de produits. Du coup, dès qu'elle sera là, ce sera ravalement complet et blanchiment parce qu'il n'y a pas photo, cela me complexe tout de même beaucoup.

A côté de ça, il n'y a pas photo, je compte me faire quelques petits plaisirs. 

Faire une grosse séance shopping. En effet, ces 9 mois de grossesse pour ma part ont rimé avec 9 mois de privation vestimentaire. A part 2-3 paires de chaussures, je n'ai acheté que quelques pièces pour femmes enceintes histoire de me sentir bien mais à force de les porter, elles commencent à s'user. Je rêve d'un gros pull blanc chaud, d'un legging en cuir, d'un beau décolleté et j'en passe.

Faire une après-midi Spa. Mon dieu qu'est-ce que j'en rêve! Mais y aller pour ne pas profiter du jacuzzi, du sauna, du hammam... bof. Alors je me suis retenue. Nous qui avions l'habitude de faire une séance de Spa au moins une fois tous les 2 mois, il y a vraiment un manque! J'ai déjà repéré quelques Spa qui se réserve à l'heure pour apprendre à se détacher de babygirl mais pas trop lgtps quand même dans un premier temps ^^

 
Me refaire les ongles. S'il y a bien une chose pour lesquelles je n'ai plus le courage, c'est de faire mes ongles. Pourquoi? Tout simplement parce que comme pour les cheveux, ça repousse tellement vite qu'après 2 jours, on dirait que j'ai une vieille manucure... Finalement, j'ai passé plus de temps à avoir des ongles dépareillés que bien faits en début de grossesse et j'ai vite laissé tomber. En attendant, un beau vernis noir ou brun foncé me donne envie! Par manque de temps avec un bébé dans les bras, je me tâte à m'en refaire en gel quelques temps. Le mini-macaron me fait de l'oeil du coup. A suivre...



Manger. Faut-il préciser que j'ai envie de me faire un gros gavage de M&M's? de sushis? de vin rouge? 

Faire une grosse descente chez Lush et prendre un bon bain coloré. Cela peut paraître stupide mais j'en rêve. Avec la grossesse, même s'il y a des boules de bain qui ne posent pas de soucis, j'ai préféré éviter. En effet, ma peau tiraillant déjà pas mal, j'ai fait le choix d'éviter de traîner dans de l'eau salée avec des huiles essentielles par peur de faire plus de bien que de mal. 

M'acheter une nouvelle voiture. Comment ça c'est disproportionné au reste? :)) Plus sérieusement, faire des économies pour me l'acheter. Je sais le modèle que je veux, je sais combien elle va me coûter, seulement je me suis fixée de garder ma cacahuète 4 ans. Ce sera le cas en 2018. Cette année, c'était l'achat de notre BMW, en 2018, ce sera celui de ma cacahuète de rêve! J'ai envie de continuer à garder un petit qqch chaque mois pour pouvoir me l'offrir avec un énorme nœud papillon dessus!

Bon, je pense que PERSONNE n'a pu rater l'info sur la Black Friday de ce vendredi 25 novembre. 

C'est le moment où je vous l'avoue, je me mets à rêver que pile ce dont j'ai envie serait en big promo. Ce n'est pas toujours le cas mais ça ne m'empêche pas de chaque année faire une petite WishList.
 Ça faisait lgtps non?

Alors...

1. Je rêve d'une Dolce Gusto! On a déjà une Nespresso que j'adore à la maison mais je dois admettre que depuis que je suis enceinte et que je suis limitée en caféine, je rêve d'avoir une autre machine pour pouvoir me faire des petites tasses plus gourmandes que mon "décaféiné noir". Le prix m'a toujours freiné mais qui sait... avec un petit -50%... (Oui j'avais prévenu que je rêvais hein :p)

2. Un bracelet/une perle Pandora. Je sais que ce n'est pas une grande nouveauté mais petit mouton que je suis, j'ai vu ma belle-sœur s'offrir le sien, rajouter plein de petites perles et en regardant pour lui en offrir, j'en ai repéré de magnifiques de maternité/maman. Je n'ai jamais compris l'intérêt de ce bijou parce que je pense que je n'avais pas grand chose à célébrer de vraiment important (pas que ma vie soit nulle mais fêter Noël qui a lieu chaque année, bof) mais maintenant que j'arrive au cap de maman/30 ans/5 ans avec l'homme, je me dis qu'un bracelet relatant ces événements magiques serait parfait. 

3. J'adorerais une montre Ice Watch en silicone/plastique. C'est bête, peut-être même juste une folie du moment mais j'ai eu un réel coup de cœur pour ces montres. J'en ai déjà plusieurs classiques en cuir. Ici une petite touche plus fun serait chouette. 

4. Un cookeo. THE rêve pour moi. Des années que je le reluque, des années que je trouve ça fort cher, des années que je me dis que mettre ce prix-là ne me tente pas. Avec l'arrivée de Little Pitchoune, on a décidé de ne pas acheter d'appareil-spécial-Bébé-petit-pot-qui-servira-que-3-fois. On s'est dit que tant qu'à mettre une centaine d'euros, autant que ça nous serve à tous. Et pareil... qui sait... un petit -50% :))

5. Un parfum Nuxe. C'est le type de produit que j'adore puis que j'oublie. Je me dis qu'un petit coffret serait parfait puisque je commence à tomber à court de parfum et que ceux que j'ai pour l'instant ont été achetés pour l'été et ne collent plus trop à la période d'hiver.

6. De manière générale, je compte garder un GROS œil sur H&M. Bah oui, presque 9 mois sans acheter de vêtements avec la grossesse et mon corps qui change, ça crée un manque :p Sur ces 9 mois, je n'ai acheté que 2 jeans de grossesse et 1 t-shirt de grossesse. Par la suite, on m'a offert un legging noir et un jean de grossesse plus large pour les derniers mois. Ce qui est pour moi largement suffisant. Je trouve que j'ai été extrêmement raisonnable et l'envie de nouveautés se fait sentir. 

7. Future Maman oblige, je garde également un œil sur des magasins style Kiabi, TAO, C&A, Sergent Major etc mais je sais qu'elle a tout ce qu'il faut et pour une fois, j'ai plutôt envie de me faire plaisir pour moi. 

8. Un nouvel ordinateur portable. Je commence à battre des records avec mon ordi qui a maintenant 15 ans et que j'utilise toujours pour mon télétravail. Mais il n'y a pas photo, la pauvre machine commence à rendre l'âme. Je fantasme sur un ordi Apple mais un bel HP serait superbe. J'ose espérer une liquidation de stock avec de belles promos. Je n'ai pas de modèle particulier en tête, je compte voir ce qu'il y a le jour-même.

9. Après l'arrivée de Little Pitchoune, je compte bien reprendre le sport. Malgré la fatigue, les nuits difficiles et autres tracas qui nous attendent, je sais que j'en aurai besoin quand je vois le manque pour l'instant. Fesses flasques, cellulite et poignées d'amour sont au rdv! Du coup, j'espère des promos sur les sites tels que Myprotein ou Body&Fit pour refaire le plein de protéines, barres protéinées, etc. Je n'ai pas pris bcp de poids (et je pense même que de mon côté j'en ai perdu) mais j'ai un énorme relâchement musculaire (totalement normal quand on stoppe le sport hein) et cela me dérange. J'ai l'impression d'avoir un corps 5-10 ans plus vieux. Hâte de reprendre certaines habitudes!

10. Je croise les doigts pour que Rituals fasse une petite promo. Pour les 3 jours à la maternité, pour me détendre, pour m'occuper de moi, pour me faire plaisir. J'ai envie de produits qui sentent délicieusement bons et me détendent avec tous les bouleversements qui sont prévus. Un joli coffret et quelques produits tomberaient vraiment tip top pour l'instant!

Black Friday

by on novembre 23, 2016
Bon, je pense que PERSONNE n'a pu rater l'info sur la Black Friday de ce vendredi 25 novembre.  C'est le moment où je v...
- se lever la nuit, grignoter un bout de chocolat et se dire qu'on ne le verra pas sur la balance
- paniquer de ne plus sentir bébé bouger, le/la réveiller, en avoir marre qu'elle bouge
- fantasmer devant toutes les boulangeries du coin et faire une liste de bonbons/chocolat/gâteau à apporter à la maternité (pour celles qui ont le diabète gestationnel)
- organiser plein de choses, avoir une douleur inconnue, tout annuler
- avoir des bobos dont on ne sait même pas quoi faire avec (nez qui saigne, seins qui chatouillent,...)
- paniquer qu'il/elle n'ait pas assez de vêtements malgré les 15 bodys/pyjama pour chaque taille




- se poser des questions existentielles du style "on la fera dormir sur le ventre ou sur le dos?" "on allaite au sein ou pas pour pouvoir dormir"
- se demander si ce sera ridicule de pleurer pendant l'accouchement (bah oui je pleure pour un rien moi perso)
- regarder des heeeeeures de séries parce qu'on est trop fatiguée que pour tenir la durée d'un film mais pas assez que pour pouvoir dormir
- se demander aussi parfois ce qu'on va faire avec "ce truc" une fois qu'il/elle sera là (ne mentez pas on l'a tous pensé!)




- prévoir des vacances, des réunions de famille, des soirées entre amis une fois qu'il/elle sera là alors qu'on sait pertinemment qu'on sera claqué (c'est beau de rêver)
- avoir une petite boule au ventre avant chaque écho jusqu'à ce qu'on sache que tout va bien 
- espérer avoir de jolies échos et pouvoir se l'imaginer (parce que les échos caca où on voit juste une tache, y a quand même une petite déception)
- avoir peur de l'accouchement, se dire qu'on va gérer, relativiser en se disant qu'on n'est pas les seules à passer par là, avoir peur de l'accouchement, se dire qu'on va gérer et ainsi de suite (la boucle sans fin!)
- apprendre à vivre au jour le jour
- décompter les jours, les semaines, les caps de prématurité qui passent 
- se demander si la déco de sa chambre va lui plaire (comme si elle en avait qqch à faire!)
- fantasmer sur un verre de vin




Liste bien évidemment non exhaustive!

mais surtout, SURTOUT, y penser à chaque instant,
espérer que tout aille bien pour lui/elle, déjà y être attachée comme à la prunelle de ses yeux!



Il y a quelques semaines, j'ai publié une photo d'une superbe Pumpkin Pie caramélisée 
(oui je sais, je me la pète un peu là mais j'en étais fière!)


On m'a demandé la recette de cette petite chose à plusieurs reprises et là: culpabilité!

Bah oui... un compte healthy tenu par une diabétique de grossesse qui nargue tout le monde avec une tarte au taux de sucre impressionnant, c'était presque méchant niveau tentation non?

Mais bon, après réflexion... se faire plaisir n'a vraiment pas de prix! Et maintenant que les températures chutent, le soleil se fait plus discret, il n'y a pas photo, la comfort food peut sauver des vies!!!

Alors voici la recette de ma Pumpkin Pie
qui se base sur plusieurs sites trouvés sur Internet.
Je n'ai donc rien inventé mais je l'ai adaptée :)

Ingrédients:

- 1 pâte brisée toute prête (possible sans gluten pour avoir une recette 100% sans gluten!)
- 500g de potiron
- 3 œufs
- 100 g de beurre 
- 150 g de sucre 
- 100 g de cassonade
- 1 càc de cannelle, 2 càc de noix de muscade et 2 càc de quatre épices
- sel

Préparation:

La pâte

- Préchauffez votre four à 180 degrés 
- Placez-y ensuite pendant 15 min la pâte brisée recouverte de lentilles/billes de cuisson afin que la pâte ne monte pas

La préparation

- Pendant ce temps-là, découpez les 500 g de potiron en gros morceaux
- Faites cuire à la vapeur vos morceaux de potiron, égouttez-les et mixez-les jusqu'à en obtenir une purée 
- Mélangez sur le côté les 3 œufs avec les 100g de cassonade et 50 g de sucre (donc gardez 50g!)
- Faites fondre le beurre et rajoutez en la moitié à la préparation avec les différentes épices et le sel (suivant vos goûts vous pouvez rajouter un peu plus d'épices ou non)
- Mélangez la préparation avec la purée de potiron jusqu'à obtenir une pâte bien lisse

Cuisson finale

- Versez la préparation dans la pâte brisée
- Saupoudrez des 50 g de sucre restant et ajoutez les 50 g de beurre fondu toujours en votre possession
- Enfournez le tout à 180 degrés pendant 45 minutes

Et profitez de cette bonne odeur de cannelle typique des longues soirées d'automne!

Suggestion: 
Lancez le 1er film Harry Potter pendant la cuisson avec un plaid tout doux...
Bonheur assuré! 







Voilà déjà le 2e trimestre terminé! 
Oui oui, déjà! Parce que je ne l'ai vraiment pas vu passer! 
J'ai l'impression que ma grossesse file à une vitesse folle!

C'est l'heure également d'un petit bilan 
sur ces choses pour lesquelles je trouve que j'ai de la chance et d'autres, pas du tout! 


Pour la chance, j'en ai pas mal je trouve. 

Pour commencer, je fais partie de ces croquettes de femmes enceintes qui ne prennent pas beaucoup de poids. Je suis actuellement passée de 55 à 59-60 kg! Quand on sait qu'avant mon régime d'il y a quelques années je tournais autour des 63-65 kg avec un pic à 68, je n'ai pas trop de mal avec les changements de mon corps jusqu'à présent. 

Ce qui entraîne le fait que je n'ai toujours aucune vergetures vu que celles que j'aurais dû avoir, je les avais déjà :)

Ce petit poids me permet également de passer des nuits de bébé et de n'avoir aucune douleur dans le dos! Les insomnies de grossesse, je ne connais pas jusqu'à présent! 

Question bobos possibles, j'ai également échappé aux remontées acides, aux douleurs ligamentaires que j'ai dû avoir 3 jours à tout casser, aux migraines et aux douleurs aux seins.

À côté de ça, je trouve que j'ai beaucoup de chance d'avoir des chats qui couvent babygirl (oui oui elles dorment constamment sur mon ventre en ronronnant) et un gyneco qui me rassure quasiment avec un simple regard (je dois avoir trouvé le gyneco le plus apaisant de la Belgique :p). Nous avons également deux familles très présentes qui la gâtent au possible et n'attendent que sa venue au monde.


Sans oublier qu'on attend une babygirl extrêmement réactive, 
avec laquelle on a la chance de presque pouvoir jouer et 
chaque mouvement est un pur bonheur.


Mais j'ai aussi eu une belle part de malchance! 

Ce deuxième trimestre nous a annoncé également un risque plus élevé de trisomie que la moyenne. Une prise de sang et 3 semaines plus tard, nous avons eu la confirmation qu'elle n'avait rien mais ces 3 semaines ont été psychologiquement angoissantes. Je m'en serais bien passé!

A 4 mois et demi, j'ai eu droit à mes premières contractions, autant dire trop tôt. Direction les urgences, mon col ne se modifie pas: ouf! Mais le tracas latent est arrivé. Depuis, mes contractions commencent à jouer légèrement sur mon corps et chaque jour, je me dis "un jour de gagné" ce qui n'est pas toujours agréable. On est loin des gros risques et hospitalisations mais c'est là, dans un coin de ma tête. 

J'ai également droit depuis peu au diabète gestationnel. Le bon côté des choses c'est que je ne vais vraiment pas prendre de poids et là où je m'autorisais des écarts sucrés réellement pas nécessaires, maintenant c'est terminé. Je ressortirai de cette grossesse avec un corps en pleine forme. Mais il n'y a pas photo, ce sont des tracas supplémentaires. Devoir faire attention à ce que je mange et savoir qu'à chaque echo
désormais il faudra surveiller le poids de notre pépète, ce n'est pas très réjouissant.


Autant dire que jusqu'ici tout va bien mais les soucis ont été présents et le sont toujours. 
Il ne s'est encore rien passé de mal mais une surveillance constante est nécessaire 
et pas toujours comique. 

En tout cas, il n'y a pas photo: maintenant que nous avons passé ce fameux cap des 27 semaines, voir ses petites affaires se mettre en place nous comble de joie!


A côté de cela, d'un point de vue émotionnel, il y a des hauts et des bas comme partout à chaque étape. 

Petit à petit, j'ai l'impression de passer du stade de "femme enceinte" à "future maman". Cela me comble de joie de trouver petit à petit mes repères, d'avoir mes avis sur les produits qu'on achète, d'avoir cette sensation de découvrir un monde qui finalement n'est pas si difficile que cela en a l'air de prime abord.

J'adore partager mes expériences, discuter avec d'autres mamans et chaque jour passé à sentir les mouvements de notre princesse me fait m'attacher à elle de plus en plus.

Je suis aussi amoureuse de ce nouvel homme que je découvre: le futur papa. Il tient son rôle à la perfection et je dois avouer que je n'aurais jamais cru le voir aussi attaché à sa future petite puce. Je l'aimais déjà en tant que "petit copain", je l'aime encore plus en tant que "futur papa". Cela me comble de joie de le voir aussi prévoyant.

Mais (parce qu'il y a toujours un "mais", la vie n'est jamais rose) il y a aussi des moments plus difficiles où parfois je me sens affaiblie et dépendante de ce corps. Quand il y a un grand soleil, je me dis que j'aurais bien été courir, me balader toute une après-midi dans les bois ou encore j'aurais pris le train pour visiter une autre ville. J'ai envie de boire un bon verre de vin avec un énorme morceau de chocolat. Ici, je dois la faire passer avant tout et mes contractions me bloquent un peu.

Il y a également le fait que d'un point de vue amical, plusieurs personnes ne sont pas du tout intéressées par la grossesse (ce que je peux comprendre) et qui du coup s'éloignent... Cela me fend un peu le coeur et n'est pas toujours drôle à vivre. Je vois des personnes se rapprocher alors que je ne l'aurais jamais cru et pareil en sens inverse.



Voici un petit topo très résumé de ce deuxième trimestre. 

Chaque femme est bien évidemment différente et ce serait extrêmement long de vous raconter chaque émotion, chaque événement parce qu'il y en a tellement! 
Notre vie s'est remplie d'un coup, à se demander ce que nous faisions avant pendant tout ce temps.

J'ai hâte de voir les prochaines étapes: l'échographie des 30 semaines, le rdv avec l'endocrinologue pour s'en occuper au mieux, commencer les monitoring, monter sa chambre,...



 Adepte du facile, rapide et pas cher, je me devais de vous partager cette recette on ne peut plus easy! *oui oui devais* 

Avec la grossesse, je dois admettre que j'ai moins l'envie de passer 5h en cuisine.  Du coup, je recherche constamment des recettes qui me permettent de manger sainement en deux temps trois mouvements.

Prise de poids et diabète gestationnel font que pour tenter de diminuer mes quantités de sucre mais sans avoir l'impression de me priver, je me suis jetée sur Internet pour trouver une série d'ingrédients faciles à mélanger pour remplacer mes petites douceurs de la journée.

Et c'est là, que j'ai découvert que le son d'avoine peut servir à beaucoup de choses!

Certes, j'avais dit "régime paleo" et me voilà à vous parler d'un ingrédient qui ne l'est pas... MAIS le régime paleo n'est pas à appliquer à 100% alors sur le côté, j'ai décidé de me faire ce petit plaisir healthy et sain niveau glucides et fibres :)

Entrant dans la période automnale, chaque année un déclic se fait chez moi et j'ai l'envie de manger des champignons, des pommes et de la cannelle! (rassurez-moi, je ne suis pas la seule?) Je vous rassure, pas ensemble hein :p En mélangeant un peu toutes ces idées, voilà ce que ça donne!


Pas mal hein?

Niveau recette, comme d'habitude, attendez-vous à du compliqué!

Pour ces petites galettes aux champignons, il vous faudra:

- 3 càs de son d'avoine
- 2 càs de fromage blanc (ou de yaourt soja)
- 1 oeuf
- 3-4 champignons
- du sel, poivre, épices au choix


On peut remplacer les 3-4 champignons pour la version salée par 1/4 de pommes, de la cannelle et quelques raisins secs pour la version sucrée!

Et là, la recette la plus compliquée du monde: mélangez le tout dans un bol et faites de petites galettes dans une poêle avec de l'huile d'olive (oui oui quitte à se la jouer sainement, on évite le beurre)

Le temps de légèrement dorer tout cela et de laisser refroidir quelques instants, vous voilà avec un délicieux quatre heures healthy salé ou sucré sans sucre ajouté!

Et le plus merveilleux dans tout cela, 
c'est que cette recette est déclinable à volonté suivant ses goûts! 

La base son d'avoine - oeuf - fromage blanc peut se réaliser en version moins light (pépites de chocolat, beurre de cacahuète,...), légumes rapés - fromage, fruits à volonté ou encore nature pour être tartinée.

Alors? Je ne vous avais pas dit que ça allait être easy?


Mon dieu... Un mois que je n'avais plus rien publié *o*

Mais entre les rdv médicaux, le boulot, les sorties, l'amoureux, les achats pour bébé tortue... Ma vie file à toute allure pour l'instant!

Ce qui ne m'empêche pas de profiter de ce fameux "premier jour de l'automne"
pour flâner un peu sur Pinterest et rêver sur de nouveaux look plus chauds et cosy!

Je dois admettre que ma grossesse est bien tombée à ce niveau-là! Un été avec un petit bidou qui m'a permis de profiter des t-shirt et autre sans trop ressembler à une baleine, et un automne qui va me permettre de me mettre en valeur en cachant les petits défauts ^^

Étant enceinte d'une fille, on m'avait prévenu que je risquais surtout de m'étaler et je confirme: mes poignées d'amour et mes cuisses s'éclatent pour l'instant! Alors cet automne, je pense jouer surtout sur des gilets longs et/ou qui tombent pile là où il faut, des bottes pour avoir bien chaud et des legging pour être à l'aise! 

Voici donc ma sélection de 10 look pour femmes enceintes ou non,
très simples, cosy et pratiques pour tous les jours!
Merci Pinterest d'aiguiller mes goûts parfois nul en mode!
 



 
La comparaison aux autres... Sujet maintes et maintes fois abordées sur de nombreux sites! 
Mais j'avais tout de même envie de vous partager mon avis sur le sujet.


J'ai (très) fortement tendance à me comparer aux autres. Manque de confiance en moi? Surement! Besoin de plaire? En partie! Challengeuse? Un peu aussi...

Mais au fil du temps,
 j'ai remarqué que dans la plupart des cas,
se comparer est plus destructeur qu'autre chose!


Alors j'ai travaillé sur cet aspect de moi
et je me suis rendue compte que de nombreuses raisons m'ont prouvé que cela ne servait à rien!

On ne se compare qu'à ce qu'on voit

Le point le plus important pour moi: on compare son intérieur avec l'extérieur des autres
et là, déjà, ça coince.
Parce que finalement, à quoi se compare-t-on? Simplement à ce que l'autre personne accepte de nous montrer. Seulement, le monde actuel fait que PERSONNE (ou très peu de gens) vous montreront l'entièreté de la situation.

Exemple: je roule dans une petite C1, un ami dans une Porsche... Premier réflexe de comparaison "Waouw il a de la chance d'avoir une si jolie voiture!" mais qui ne nous dit pas que derrière cette Porsche, la personne a trimé des heures au boulot? Ou finalement aurait préféré une Ferrari? Ou est malheureux au possible dedans parce que ça ne lui procure aucun plaisir?
C'est la partie que vous ne verrez que très rarement...

Ce qui nous amène au 2e point...


Le bonheur ne se quantifie pas

On a tendance à comparer des objets, des situations, des sommes d'argent et pourtant, ce qui compte réellement c'est le bonheur que cela implique. Quelqu'un de riche qui s'ennuie profondément n'est peut-être pas du tout heureux alors qu'une personne pauvre peut être fier du peu qu'il a et en être très heureux. Il est impossible de comparer le bonheur des gens parce que cela est propre à chacun. Certaines personnes trouveront leur bonheur dans leur carrière, d'autres dans leur couple. Une situation banale peut être une source de grand plaisir pour quelqu'un!


Se comparer aux autres signifie comparer des pommes et des poires 

Chaque personne a un passé, une éducation, des parents, des dons, des capacités bien à elle. Aucun individu au monde ne sera identique à un autre. Aucun. Se comparer aux autres signifie donc se comparer avec quelque chose de différent. Même s'il y a des points communs, deux personnes ne  seront jamais semblables. Alors pourquoi comparer des pommes avec des poires? Cela permettra juste de se dire que les poires sont mieux que les pommes ou l'inverse. Mais cela ne restera qu'un avis propre à chacun basé sur un ressenti.


Se comparer, c'est regarder les autres

Eh oui, passer son temps à se comparer = passer son temps à regarder ce que les autres ont ou font... Et du coup, s'oublier soi-même.
"Untel a un nouveau pull plus beau que le mien" ou encore "untel est parti en vacances et pas moi". Ok, très bien... Et ça change quoi? Est-ce que pendant ce temps-là, vous êtes sur Neckermann en train de réserver vos propres vacances? Non. Vous ne faites rien pour vous.
Le mieux est alors de se comparer à soi-même. Si l'on remarque que l'autre a un beau pull, le temps qu'on passe à le regarder est du temps perdu sauf si l'on se renseigne, on se fixe un budget, etc pour l'obtenir.


Se comparer aux autres, c'est (presque) toujours se rabaisser

Ici, cela dépendra bien évidemment des caractères mais dans les 3/4 des cas, les gens qui se comparent aux autres sont ceux qui doutent et qui partent ainsi perdants dans une situation. On se compare très rarement à quelqu'un qui a moins que soi.
Exemple personnel: je me suis comparée pendant longtemps à une personne qui avait de très bons contacts avec ses parents. Les miens n'étant pas tip top, j'avais tendance à me dire "oh la chance". Maintenant que j'ai régularisé la situation de mon côté, je me rends compte que je ne regarde même plus cette partie-là de sa vie.
Faire cette comparaison ne nous renvoie qu'une image négative de nous-mêmes et assez destructrice.

Alors que faire si on ne peut s'en empêcher? 

Pour ma part, j'ai développé un certain mode de pensée.
Quand je me retrouve face à quelqu'un ou à une situation que je ne peux m'empêcher de comparer, je liste ce que j'envie en quelque sorte, ce que je compare, les points où je me trouve moins forte, moins chanceuse. Une fois cette liste faite, je m'assure que cela ne cache rien de plus complexe derrière (ex: je me compare à quelqu'un qui a beaucoup d'amis et pourtant je trouve cette personne plus heureuse que moi! Dans cette situation, j'ai également énormément d'amis donc ce n'est pas ça la comparaison première mais le bonheur qu'elle y trouve et pas moi).
Ensuite, je me pose les questions "est-ce que j'aimerais réellement vivre cela? avoir cela?" Si oui, je me fixe un moyen de l'obtenir. 
Cela m'a permis de faire pas mal de tri dont le plus bel exemple était ces jolies filles sportives. Je me comparais sans arrêt à elles. Après analyse, non, je ne ferai jamais 15h de sport par semaine en mangeant uniquement des protéines. Je n'en ai finalement pas l'envie. Ma comparaison s'est simplement transformée en respect pour ces personnes. Et mon sport sera fait à ma manière.
Dans d'autres cas, je me suis comparée à certains amis qui voyagent énormément, je n'ai pu m'empêcher de me dire "et moi qui ne voyage pas bcp pour l'instant..." Finalement, j'en ai fait une force. Je me suis rendue compte que ce projet manquait réellement à ma vie. J'ai listé toute une série de pays/villes/paysages que je voudrais visiter et je me suis créé un petit budget vacances.


Se comparer pour se comparer n'apportera JAMAIS rien de bon.
Mais tenter d'en tirer quelque chose de positif, un exemple ou une idée de projet pourra, au contraire, vous faire faire des bonds de géants!



Ce n'est plus un secret pour personne, une mini-nous est en train de faire sa place au sein notre famille 
depuis plusieurs mois maintenant pour notre plus grand bonheur! 


On m'a dit avoir un début de grossesse cynique
J'ai plutôt envie de dire réaliste
Eh oui, pour beaucoup de choses: on ne m'avait pas prévenue! 
J'ai pu désormais mettre un pied dans le "monde secret des mamans" et je vais de découvertes en découvertes! 
Maintenant que j'en suis presque à la moitié, je me permets de donner mon avis!


Ce qu'on ne m'avait pas dit:

- une fois enceinte, ce sera visite chez le gynéco tous les mois! Cela peut paraître logique pour certaines mais pour moi, c'était une échographie aux 3 mois - 6 mois - 9 mois et basta! Que nenni! Une écho pour confirmer la grossesse, une écho de contrôle, une écho de premier trimestre, une écho de contrôle, une écho morphologique etc etc etc

- en parlant échographie, ne rêvez pas, les premières consultations se font en interne (comprenez les fesses à l'air avec une caméra dans le minou) et les suivantes, vous aurez quand même les fesses à l'air pour vérifier l'état de votre col. Pour l'effet vidéo avec la petite caméra mignonne sur le ventre... on repassera!

- la fameuse phrase "tu n'es pas immunisée tu ne peux rien manger alors? Ca va être difficile"! Eh bien, je ne suis immunisée contre rien du tout et je survis *pour du vrai* Il faut savoir que l'on est immunisée lorsqu'on a déjà attrapé la toxo (ou le cyto) dans sa vie. Si en 29 ans comme moi, vous êtes passée entre les mailles du filet, il ne faudrait pas de bol pour l'attraper maintenant! Sushis végétariens, fromages pasteurisés (ce qui est désormais le cas pour les 3/4), américain préparé végétarien... et hop! Rien ne manque! Le plus embêtant, finalement, ce sont les prises de sang chaque mois.

- "le premier trimestre c'est nausées, vomissements et vertiges" Eh bien moi qui suis pourtant très sensible de l'estomac... Rien de tout cela à part quelques nausées. Donc ce n'est pas un passage obligatoire. Non, ce qu'on ne m'avait pas dit, c'était: la fatigue! À toutes les mamans et femmes enceintes à qui j'en ai parlé, elles ne retiennent qu'une seule chose: la fatigue! Pour avoir une idée, imaginez-vous vous lever à 5h du matin après une gueule de bois... C'est l'effet H24. Mais promis, le corps s'adapte très bien. Il faut accepter ne pas savoir faire tout ce que l'on faisait avant et trouver de petits rituels pour compenser. Pour ma part, je me lève à 5h et rentre à 18h. Je me suis fait une organisation au top avec une sieste dans le train aller et retour, une sieste à 10h et une bonne heure de sommeil à midi. En prévenant mes collègues, il n'y a eu aucun soucis! Le meilleur dans tout ça? Le corps oublie! Je me souviens avoir parfois pesté en dormant 16h le samedi et en ayant perdu mon week-end... Mais cela me revient comme un loiiiiintain souvenir alors qu'il n'y a que quelques mois de cela.

- le terme "paresse intestinale" est une très jolie expression pour dire: constipation. Sur les sites, on lit partout "ne concerne que 15 à 20% des femmes"... soit je côtoie pile ces 15% soit c'est un peu plus que ça. Ce qui en soit, ne m'étonnerait pas quand on voit le bordel que bébé fait à l'intérieur niveau organes. Prévoyez de vivre une seconde vie dans vos toilettes!

- enceinte, on n'a AUCUN droit de se plaindre! J'ai été étonnée de voir que les gens autour ne veulent que la version "je vais biiiieeenn tout va bieeenn c'est que du bonheur!" Alors que non, parfois, t'en as marre, t'as chaud, t'es fatiguée, t'as la dalle... Mais ça, on n'écoutera pas! Enceinte, tu es heureuse et point! De toute façon "tu l'as voulu, tu l'as eu! Pense à toutes ces femmes qui ne savent pas en avoir" eeeuuhhh... A côté de cela, si vous êtes comme moi, une personne assez terre à terre, préparez-vous à être horripilée par des femmes en essai bébé à 20 ans qui passent leur vie à vérifier leur ovulation dès le premier cycle pour tomber enceinte. A croire qu'elles voudraient commander un bébé comme on commande une pizza...

- les jolies photos de babybump sur Instagram/Internet/Blog/Star sont PIRES que les photos style avant-après qui te font culpabiliser. Personnellement, c'est avec ça que j'ai eu le plus de mal. Mon ventre ne ressemblait à rien de tout ça, j'ai attrapé des hanches, des poignées d'amour, je me suis étalée telle une crêpe en fait (merci l'arrêt du sport) et pourtant je n'ai pris qu'1 kg jusqu'ici. La version "je mange sainement, je suis rayonnante, je fais du sport 4 fois par semaine et je me dore la pilule au soleil" existe, c'est vrai, mais c'est rare! La réalité: j'ai pleuré pour un sandwich au thon *true story*, j'ai eu la tronche de travers certains jours et question sport, parfois, j'étais juste contente d'avoir tenu le coup au boulot!

- "tu vas avoir des envies de femmes enceintes"... Apparemment, ce n'est pas si fréquent que ça. Mais pour ma part, je n'y ai pas échappé. Par contre, là où je m'imaginais suçotant un ravier de fraises avec amour et dégustant de la pastèque posée sur mon ventre, cela a plutôt donné un mix de pilons de poulet à 6h du matin, de cornichons à 16h avec un café et de ce fameux sandwich au thon, un samedi matin à 8h! Moins glamour d'un coup que ce à quoi je m'attendais...

- le corps et l'esprit s'habituent à cette grossesse. Un peu de positif quand même dans tout ce fatras de comédie. J'étais assez effrayée par l'idée d'avoir un bébé qui donne des coups (quel effet ça fait? Alien?), un ventre énorme (je vais me détester?), l'aimer (et si je ne m'y attachais pas?), l'assumer (et si on était de mauvais parents?), etc. Toutes les femmes enceintes vous le diront, après la joie de la découverte viennent quelques jours de gros questionnements à la limite de la panique! A tout cela, ma psy m'a dit une chose toute simple "Faites-vous confiance! Tout se fait petit à petit pour laisser à votre corps et votre esprit le temps de s'y habituer!" Et c'est vrai, j'ai pleuré de peur de ne pas m'y attacher puis j'ai dû aller aux urgences un jour pour une intoxication alimentaire... Je n'ai eu qu'une seule chose en tête "Est-ce que le bébé va bien?" J'aurais pu mourir à côté que ça m'était égal. C'était fichu, j'y étais déjà attachée comme à la prunelle de mes yeux! Pour les coups, c'est pareil! Cela commence par des petites bulles comme des bulles de champagne je trouve, puis par un/deux petits coups où on se retrouve étonnée, puis un peu plus fréquents à faire au papa "mais si mais si touche tu vas voir!" avant de pouvoir visualiser quelques mouvements. Vous apprenez à être maman comme le bébé apprend à vivre.

- "c'est une grosse épreuve pour votre couple". Eh bien pour l'instant, pas du tout (et là, je vais entendre des "attends qu'elle soit née" mais ça, on verra...). Je m'attendais à une vraie remise en question, des désapprobations, des idées différentes, des confrontations etc. Pas du tout. Notre couple est, je trouve, beaucoup plus fort qu'avant parce que pour la première fois en presque 4 ans de relation, j'ai besoin de lui. Besoin de lui pour parfois me masser le dos, me dire que je reste jolie, me rassurer sur le fait qu'on gère, me faire des câlins... Et mon homme est passé de "petit ami" à "futur papa génial" que j'admire d'autant plus. A deux dans l'inconnu, on s'est attaché encore plus fortement l'un à l'autre.

- "je suis enceinte, c'est que du bonheur, je vais l'annoncer à tout le monde" et là, je dis ATTENTION! notre gynéco nous a bien spécifié que jusqu'à 12 semaines, il reste 75% de chance de fausse couche! Celles-ci restent tabous alors qu'elles sont très fréquentes et que les gens tombent de haut. Je ne dis pas qu'il faut être négatif mais plutôt prendre les choses comme elles viennent. La nature sait ce qu'elle fait!

- vous allez devoir compter votre grossesse en semaines d'aménorrhées (dernier jour des dernières règles), en semaines de grossesse (début de la grossesse +- 2 semaines après), en jours, en trimestres, en mois... Sachez une chose: peu de monde s'en sort! C'est juste un gros bordel! Ce qui compte, c'est que votre gynéco compte en semaine d'aménorrhées (faut le savoir!)  Personnellement, j'ai compris le principe grosse modo mais je n'ose jamais m'avancer de trop quand je lis qu'une femme qui est sensée accouchée en même temps que moi est à la 20e semaine alors que j'en suis à la 19e...

- les femmes enceintes ont un langage codé: PDS = prise de sang, DPA = date prévue d'accouchement, SA = semaine d'aménorrhées (voir plus haut), SG = semaine de grossesse et j'en passe!

- la phrase que vous entendrez le plut souvent, ce sera "et tu vas allaiter?" Sans rentrer dans la polémique, mes seins n'avaient jamais eu autant de succès que depuis ce moment où du lait est sensé en sortir!


Je pourrais encore vous dire mille choses sur le sujet 
parce que c'est un monde totalement nouveau qui s'ouvre à moi
mais je n'ai qu'un tout petit quelque chose à dire pour finaliser cet article: 

Vous allez vous y attacher plus que tout au monde, même si comme moi, vous êtes une personne assez indépendante et avec un fort caractère. Je suis amoureuse de ma fille et de mon homme dans son rôle de papa. J'ai pleuré à presque chaque échographie et plus j'en apprends sur elle et plus j'ai envie de pouvoir enfin la voir en vrai! Ce n'est pas comique tous les jours mais vous allez vite oublier ces désagréments à chaque échographie, chaque petit coup, chaque nouvelle information que vous allez avoir sur votre bébé.




Pour celles qui me suivent sur Instagram, je mange sainement de manière générale 
mais je fais UNE exception (bon plusieurs d'accord mais pour celle-là je ne me pose pas de questions) pour des cookies!

Après avoir essayé une bonne dizaines de recettes ces dernières années, j'ai trouvé celle qui fonctionne à chaque fois! Succès garanti! Ils sont rapides, réussis à tous les coups, simples et délicieux! (Alors? Je vends bien mon produit?)


Trêve de blabla! Place à la recette pour vous faire saliver!



Ingrédients:

- 250 g de farine 
- 125 g de sucre roux (cassonade)
- 1 pincée de sel
- 1 sachet de sucre vanillé
- 1 œuf
- 125 g de beurre
- 1/2 sachet de levure
- 2 cc de miel
- des pépites de chocolat

Recette:

Préchauffez le four à 220 degrés et faites fondre le beurre au micro-ondes. Ensuite, mélangez tous les ingrédients dans un bol/saladier.
Ajoutez les pépites de chocolat une fois le tout bien mélangé et formez des petites boules que vous écrasez légèrement sur une plaque pour aller au four.
Faites cuire 5 min pour des cookies encore moelleux à l'intérieur <3
Attention! Les cookies peuvent encore être mous à la sortie du four donc manipulez-les avec délicatesse! En effet, ils vont durcir en refroidissant! 

Et n'oubliez pas... Ne mangez pas tout avant de les servir ;) 



Je n'ai "que" 29 ans (comprenez trop jeune pour être prise au sérieux par les vieux du boulot, 
trop vieille pour porter des boucles d'oreilles fluos sans qu'on se retourne) et pourtant... 
je pense faire une petite crise de la trentaine!!! Aaahhhh!




Je me répète encore et encore mais vous n'êtes pas sans savoir que depuis près d'un an, je vois une psy régulièrement suite à un gros craquage. Après la démolition de mes carapaces, le dénouement des liens familiaux tordus, la crise d'adolescence mal terminée, je me retrouve désormais avec cette grande question: Et moi là-dedans... Qui suis-je finalement? Et qu'est-ce que je veux réaliser dans la vie? O_0



Apparemment, cette question s'apparente à une crise de la trentaine ^^ Youhouuuu!



Mon compte Instagram est moins fourni qu'avant parce qu'en effet, comment tourner ces questions de manière sympa, simple et comme si de rien n'était? Il s'agit du but de ma vie quand même! (Non mais!)

En effet, je ne dis pas que je n'ai aucune personnalité mais quand je me demande ce qui me définit, pour quoi je me bats, il y a comme un vide. Je me demande ce que les gens pourraient dire de moi en quelques mots s'il fallait me présenter quelque part...



Sportive? Moui... Comme les 3/4 des adolescentes de 15 ans qui ont découvert la mode du healthy/fit pour draguer, se construire une confiance en elles, s'occuper le dimanche?


Blogueuse? Eeuuuhhh avec des oui, non, j'adore écrire, j'ai horreur de ce milieu... Je n'ai vraiment pas d'avis fixé sur le sujet.

Gentille? Bateau! Je passe ma vie à faire des cadeaux aux gens et je me rends compte que c'est plutôt "couillonne" qu'il faudrait indiquer passé un certain âge..




Voyageuse? Dans mes rêves, je le suis à fond! Mais seulement dans mes rêves... J'ai réalisé quelques beaux voyages et j'espère en réaliser d'autres mais voilà, je ne saute pas le pas suffisamment que pour pouvoir être associée à cet adjectif!

Fonctionnaire? AHAH! N'essayez même pas!

Sorteuse? Depuis quelques années maintenant, je préfère mon vin-fromage en petits comités, du coup, ce terme ne me correspond plus vraiment.



Mais alors qu'est-ce qui me définit? 
La cuisine que j'adore? Les Marvel que je suis de très près? 
La lecture avec ces dizaines de livres que je dévore?




J'ai cette impression d'avoir essayé énormément de choses! D'avoir bcp de choses que j'adore mais rien qui "m'anime", rien pour quoi je me dis "yes 1h de temps libre, je vais faire ça"! Et de maintenant, me retrouver face à cette terrible question: qu'est-ce qui compte réellement?

Je pense qu'on s'est tous/toutes retrouver à ce moment de nos vies où on a bataillé pour avoir un diplôme, bataillé pour avoir un boulot, bataillé pour avoir des économies, bataillé pour avoir une voiture, bataillé pour avoir un couple qui marche! Mais une fois que c'est le cas? On bataille pour quoi?


Et là vous vous dites "mais la gonz elle est dépressive en fait!" Je vous rassure, non! Mais lorsque l'on vit pour se protéger et construire sa vie depuis tellement d'années, on ne prend pas le temps de se poser sur le sujet.

Alors du coup, je tente, j'essaye, je teste! Je pourrais vous partager tout ça sur Instagram mais je passe du "moment lecture" au trail dans les bois en passant par la soirée séries :))

Je tâtonne, je découvre,... Et j'espère sérieusement me trouver dans peu de temps! Parce que même si je n'ai pas encore décidé du sujet, j'ai comme une furieuse envie de m'y atteler!