jeudi 22 juin 2017

À toi qui as abîmé ma vie

Il s'agit ici d'un article totalement personnel. 

Sans grand intérêt pour beaucoup de gens, je suppose, sauf pour d'autres qui comme moi sont tombées sur de mauvaises personnes. Ici, il s'agit ici de ma petite bulle, et là, j'en ai besoin. Pour moi. Pour me libérer. Et j'ai besoin de le dire pour une fois de manière publique et totalement unilatérale. Parce que non, je ne cherche rien. A part mettre des mots ouverts sur ce que je ressens.



Lettre à toi qui as abîmé ma vie 

Il y a des personnes qui auront eu un impact dans ma vie. Tu en fais partie, sache-le. Pas pour les bonnes raisons, pas pour les pires non plus. 

À toi qui as abîmé ma vie, je dis au revoir. Après toutes ces années, je suis fatiguée. Fatiguée d'une injustice que j'ai gardé là, au fond de moi. 

Oh non, je te rassure, je ne pense pas à toi tous les jours et je pense ne plus avoir parlé de toi à qui que ce soit depuis longtemps. Mais cette faille est là. Une faille dont, j'ose espérer, tu n'as pas mesuré les conséquences.

Une simple phrase: "tu es méchante" suivie d'une présence trop importante à mon goût, voulu ou non, ont eu raison de moi. Des mois de colère, des mois à garder mon calme face à une injustice de plus en plus grandissante, des mois à essayer de prouver que je n'étais pas la fautive de cette histoire.

Et j'ai fait cette terrible erreur que je commets depuis des années: je me suis tue et effacée. 

Ce combat, je ne l'aurais jamais gagné. Je n'avais pas assez confiance en moi, je n'aurais jamais osé. J'ai mordu sur ma chique, j'ai pleuré, j'ai gardé ça là tout au fond de moi, en sachant que je n'avais rien fait.

Puis les mois ont passé, les années aussi. On m'a dit que pour tenir un fil, il fallait être deux. Moi je ne savais pas le lâcher. Pas pour toi, mais pour le mal sans nom que cela avait créé et dont je ne parlais pas.

D'autres événements se sont passés dans ma vie et la faille s'est agrandie. J'ai décidé d'aller voir un psy. Je n'en pouvais plus de garder tout cela au fond de moi. Avec le temps, plus personne ne m'écoutait et j'entendais juste "Mais laisse tomber Steph! On s'en fiche!". Et pourtant, la souffrance était là.

Après avoir réglé plusieurs soucis, on a parlé de toi avec ma psy. J'étais honteuse de parler de toi des années après. Mais la colère est vite remontée à la surface. Le mot "injustice" est revenu des dizaines et des dizaines de fois. Et ma psy m'aura répété "Mais pourquoi cette injustice a tant d'importance pour vous?" des dizaines et des dizaines de fois.

Alors, j'ai osé. On t'a utilisée comme base de travail. Ici aussi je te rassure, ce n'était pas pour parler de toi, tu n'as pas assez d'importance à mes yeux pour cela. Non, plutôt pour parler de mes réactions, de ce qu'il me restait, de ce que je vivais. Du pourquoi tout simplement.

Et finalement, le travail effectué a été énorme. De cette simple phrase "tu es méchante", sache que tu avais piqué juste là où ça faisait mal.

Grâce à ma psy, cette histoire m'a finalement apporté tellement que je ne t'en veux plus. Même si je n'excuse rien. Même si te croiser me donnerait envie de lever les yeux au ciel. À toi, je dis au revoir.

J'ai compris avec les années qu'il y a ce que l'on montre et ce que l'on vit. Toi tu montres, moi je vis. J'en arrive à être désolée pour toi. Désolée que rien ne remplisse ton vide intérieur, que rien ne te comble et que finalement, des années après, un simple like sur une de mes photos Instagram (je pense que tu as glissé ) me prouve bel et bien qu'il y a une surveillance malveillante. Et je n'y ai ressenti que de la pitié.

Mon âme est fatiguée de garder cette injustice. Mon âme est fatiguée de me priver. Mon âme a évolué. Étonnamment grâce à toi.

Sache que finalement, il m'aura fallu plusieurs années de travail pour en faire une force. Oh non, tout n'est pas au point. J'ai du mal à faire confiance et je ne m'attache que très difficilement aux gens depuis. Je n'arrive toujours pas à "déranger" et à me montrer comme tu sais le faire. Mais le travail avance. Je prends confiance en moi, je commence à voir où sont mes forces par rapport à quelqu'un comme toi. Je grandis. 

Nos vies évoluent et j'arrive au stade où j'ai tout ce que je désire. Sache que la plus belle douleur que je pourrai t'offrir, c'est mon bonheur. Et oui, je suis heureuse. Vu l'ironie de la vie, nous serons certainement amenées à nous revoir. Mais les conditions seront différentes. J'aurai réussi. J'aurai affronté tout cela de la manière la plus intelligente qui soi et lorsqu'on se recroisera, je ne te regarderai pas.

Parce que oui, à toi qui as abîmé ma vie, je dis au revoir.

mercredi 31 mai 2017

Valise de l'été avec Tape à l'Oeil


Grâce à mon partenariat avec Tape à l'Oeil, j'ai eu la chance de pouvoir choisir de belles petites tenues pour Lily parmi la nouvelle collection.
Ma fille ne manque pas de vêtements c'est clair, c'est mon petit dada! 
Mais j'adore tellement lui mettre de jolies choses que j'ai accepté directement de me prêter au jeu.


Partant à Knokke pour un week-end en famille, c'était l'occasion parfaite de l'habiller un peu plus comme une enfant plutôt que comme un bébé et de repartir avec de jolis souvenirs.

Il s'agissait de nos premières "vacances" avec elle dans le sens où nous découchions toute la nuit, où nous avions du trajet en voiture à faire et une véritable valise à prévoir.

J'appréhendais un peu toutes ces nouveautés avec Lily, ne sachant absolument pas comment elle allait réagir et finalement, elle a été d'un calme olympien et a adoré son séjour. Je pense que bouger, voir des choses, changer d'environnement l'amuse énormément. C'est ainsi, qu'on a eu un bébé souriant, qui a dormi toute sa nuit sans être perturbée, qui a mangé à heures fixes et a joué dans le sable... une vraie découverte pour elle!

Cela nous a tout simplement donné envie de retenter bien vite l'expérience et de voyager avec elle!

(Petit challenge personnel en plus, je ne m'étais encore jamais penchée sur la réalisation de jolies photos pour le blog. En effet, j'adore écrire mais je n'ai absolument aucune compétence photographique. Je ne me suis jamais réellement lancée là-dedans. Eh bien, je n'ai qu'une chose à dire: j'admire d'autant plus les blogs avec de jolis décors, de jolies photos et de jolies poses parce que mon dieu, que c'est difficile!)

Voici les photos les plus réussies que je compte faire agrandir pour chez nous! 

Avec une robe lange blanche et jaune, ma fille est un véritable bébé bonheur.

Hyper facile à mettre et à porter, je pense qu'elle a adoré cette robe puisqu'elle a passé son temps à se frotter la tête dedans comme si c'était un doudou... Oui bon, ça veut dire qu'on voyait tout le temps son Pampers... mais elle était trop chou! Mon coeur a fait un bond

 http://www.t-a-o.be/mode-bebe-fille/robe/la-robe-matiere-lange-snow-white-81731.html

Ensuite, gros gros gros craquage pour cette tenue qui fait passer ma Lily du stade de bébé à future petite fille!
Mon dieu, je n'en reviens pas à quel point elle a changé en si peu de temps! Avoir les pieds dans le sable était un réel bonheur pour elle. C'était un pur plaisir de la voir aussi curieuse et intéressée par tout!

 http://www.t-a-o.be/collection-naissance/naissance-fille/pantalon-et-legging/le-pantalon-colore-avec-detail-brode-81744.html

 Et tant qu'à faire, avec les 30 degrés qu'il y avait, c'était hop en maillot et en sandalettes! 

http://www.t-a-o.be/maillots-de-bain/le-maillot-de-bain-1-piece-touches-colorees-optical-white-80162.html

 http://www.t-a-o.be/bebe-fille/les-chaussons-brodes--snow-white-82473.html


dimanche 21 mai 2017

Motricité libre et évolution de bébé: mon avis

Suite aux vidéos que j'ai mises de ma princesse qui se retourne du dos vers le ventre, 
j'ai eu de nombreux messages privés de mamans paniquées/angoissées 
parce que leur bébé ne faisait pas ça, que chez elles, 
bébé était directement passé au stade assis sans faire de 4 pattes, 
qu'elles avaient l'impression que bébé n'évoluait pas etc.

J'ai décidé du coup de donner mon point de vue sur la question 
et vous expliquer comment je vois les choses question motricité. 
Bien évidemment, je n'ai pas la science infuse et je ne dis pas que j'ai raison mais mon avis peut peut-être en éclairer quelques unes ou du moins, les détendre!

Il faut savoir que Lily est hypertonique (un article a déjà été rédigé sur le sujet), ce qui fait qu'il a été impossible pour nous de la "bloquer" dans un transat ou autre. Au lieu d'insister, nous avons accepté le fait qu'il lui fallait de l'espace. Je me suis dès lors renseignée sur la motricité libre et Montessori. Voici ce qu'il en ressort.


On lui laisse de la place

Nous avons commencé par retirer son matelas du parc et le mettre au sol. Un bon moyen pour elle d'être stimulée par nos passages, les chats, les bruits, les déplacements tout en étant totalement libre de ses mouvements, à elle de décider dès lors si elle voulait juste rester allongée à fixer le plafond ou si elle désirait bouger sa tête, toucher ses mains, attraper un doudou ou autre. Bien évidemment, par sécurité, elle est également parfois dans un Doomoo ou un transat attachée mais on évite ces moments au maximum, un bébé doit bouger et découvrir le monde mais principalement au moment où il se sent prêt/en a l'envie. Imaginez qu'on vous installe dans un fauteuil tout douillet avec une console vidéo et de la nourriture à portée de main... vous aussi vous allez vous laisser vivre. Puis on vous déplace 1h et on attend de vous que vous fassiez quelque chose de nouveau... Impossible.

On laisse bébé apprendre par lui-même 

Depuis le début, je ne désire pas la laisser pleurer et je ne le fais pas. Lorsqu'elle pleure, c'est terminé, on bouge de là, on change de jouet, de position, etc. Mais on évite au maximum d'intervenir dans ses interactions avec les objets, dans ses mouvements et autres. C'est comme ça que parfois, on l'a vu se dépatouiller 30 min à attraper un doudou qu'on aurait pu lui mettre dans la main (là, j'avoue, il faut vachement ronger son frein et se retenir de lui faciliter la vie) ou encore rester coincée dans une position bizarre mais qui n'a pas l'air de la déranger. Tant qu'elle ne pleure pas, c'est que cela lui convient. Cela leur permet ainsi de comprendre les mouvements à effectuer, intégrer la 3D et leur capacité à réaliser quelque chose par eux-même.

On ne panique pas à sa place

Vous allez vite le remarquer, lorsque bébé est face à l'inconnu, il va se tourner vers vous pour regarder votre réaction. Pleurez et il va pleurer, souriez et il va sourire. L'enfant va juger de la peur ou non qu'il doit créer face à des situations simples en vous regardant. Lorsque l'enfant attrape un objet, souriez. Lorsqu'il se met un jouet dans la figure, regardez s'il ne s'est pas fait vraiment mal et si pas, souriez en lui disant que ça lui arrivera encore souvent.
Lily nous a regardé avec de grands yeux la première fois qu'elle s'est mise de l'eau dans la figure en tapant dans son bain. Nous lui avons enlevé, nous avons rigolé et depuis, elle attend juste qu'on lui frotte le visage quand ça arrive. 

Exit les dictats 

Depuis le début, notre princesse ne supporte pas d'être sur le ventre. Je ne vais pas mentir, cela m'a énormément angoissé quand on m'a dit qu'il n'était pas normal qu'un bébé de 5 mois ne sache pas se retourner du ventre vers le dos, qu'il fallait la laisser au moins 40 min par jour sur le ventre (alors qu'après 30 secondes c'était des cris sans fin) et que sans cela, elle ne saurait pas évoluer. Mais tant pis. Elle ne veut pas, elle ne veut pas. Je n'aime pas dormir sur le dos et personne la nuit ne me remet dans cette position parce qu' "il faut". Cela ne nous a pas empêché de la poser sur le coussin d'allaitement qu'elle tolérait bcp mieux et de tenter de la stimuler pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à avoir peur d'être dans cette position. 

Pour moi, il y a des douleurs et des peurs que les adultes ne comprennent pas ou ne se souviennent pas. 
Je me suis alors renseignée sur cette fameuse "nécessité du ventre vers le dos"... ce que j'ai découvert? Il n'y en a aucune dans un premier temps! Bébé est sensé pouvoir se retourner du ventre vers le dos à 3 mois et du dos vers le ventre à 5-6 mois... Oui il y a un gros trou entre les 2 où apparemment les gosses peuvent prendre des vacances...

Il n'y a pas de timing défini 

Chaque enfant est différent, il n'y a aucun timing nécessaire. Le pédiatre nous a dit une chose toute simple qui m'a énormément fait relativiser: tant qu'un enfant évolue, c'est tout ce qui compte. Que ce soit au niveau du langage, de la conscience de son corps, de ses mouvements, de ses mimiques, si l'enfant apprend quelque chose c'est tout ce qui importe.


On ne met pas bébé dans une position qu'il ne maitrise pas...

... voici le meilleur conseil de notre sage-femme. Vous pouvez mettre bébé en position assise mais rien ne sert de lui apprendre cela à longueur de temps jusqu'à ce qu'il tienne droit. Certes, il tiendra assis et ce sera une grande fierté pour les parents, mais il n'aura pas appris grand chose. 

Imaginez que l'on vous mette en position du poirier et qu'à chaque fois que vous tombez, on vous remet dans la même position, et ce tous les jours jusqu'à ce que vous teniez. Alors oui vous saurez le faire mais vous n'aurez aucune idée de la manière de vous mettre dans cette position, aucune idée de ce qu'il peut arriver si vous tombez et risquez en plus de vous déboîtez une épaule. Pour les positions de bébé, c'est pareil. Notre princesse tient assise mais est totalement incapable de tenir un objet dans ses mains quand elle est dans cette position parce que cela lui demande toute sa concentration. Résultat? Elle tombe en avant, se retourne sur le dos et se retrouve coincée à pleurer. Elle n'a absolument pas acquis le fait qu'elle peut  pousser avec ses bras quand elle penche en avant. 
On lui fait confiance

Hors enfants avec de réels problèmes moteurs... connaissez-vous des enfants de 3 ans qui restent constamment assis sans vouloir bouger? Non. Chaque enfant a son rythme et vous n'imaginez peut-être pas la quantité d'informations qu'il enregistre avant de se lancer.
Et c'est une des partie les plus importantes de la motricité libre: avoir suffisamment confiance que pour le laisser aller à son rythme, apprendre à sa façon et recommencer 20 000 fois s'il le faut mais il y arrivera! 

L'évolution peut être discrète

Chaque enfant est différent et leur apprentissage peut-être très discret. La nôtre a énormément stagné au moment où elle est rentrée à la crèche. 3 semaines sans aucune évolution. J'ai même cru que la crèche l'abrutissait. Puis nous avons été dans la famille où ses petits cousins et cousines couraient, hurlaient, lui tripotaient les pieds, la regardaient de près etc. Elle qui sursautait au moindre bruit n'a pas bronché. Elle a attrapé les jouets qu'on lui donnait, a souri, a regardé les autres enfants. En réalité. pendant ses 3 semaines de crèche, elle avait appris une certaine sociabilisation dont on ne se doutait absolument pas.

On évite les habits étriqués et trop recherchés

Comment voulez-vous que l'enfant découvre ses pieds si depuis toujours, il porte des chaussures qui ne lui servent à rien à part faire joli? 
La meilleure des tenues? Un body et un legging ou un pyjama. C'est simple, pratique, sans pli ni objet qui va le déranger dans ses mouvements. Vous pourrez l'habiller tout joli suffisamment souvent que pour le laisser tranquille à la maison. 

On le laisse chipoter

Les jouets sont vraiment chouettes à notre époque mais cela ne veut pas dire qu'il faut l'empêcher de toucher aux choses. Toujours de manière surveillée, on la laisse toucher le chat, on lui donne une orange ou un tupperware quand on cuisine. Ils apprennent les textures, les formes, les poids. Acheter une ribambelle de jouets n'est pas nécessaire, tout les intéresse. 

De petits détails qui peuvent permettre à bébé de grandir à sa façon, 
à son rythme et en tout confiance :)







jeudi 18 mai 2017

À toi qui m'a appris l'amour


Ma fille a désormais 5 mois. 
Quand elle est arrivée parmi nous, je ne savais pas comment la tenir, 
comment la câliner, comment m'en occuper.

Petit à petit, je me suis rendue compte qu'il y avait cette fusion entre maman-bébé mais que ce n'était pas vraiment ça. Pas de gros câlins, pas de moments de réel partage, pas d'élan d'amour fou.

Alors, j'ai cru avoir un bébé différent des autres, j'ai cru avoir quelque chose qui clochait, je n'ai pas compris pourquoi moi je n'avais pas cet instinct me disant que je pourrais mourir pour elle et que de son côté, elle, elle se débattait comme un chat dans l'eau quand je la prenais dans mes bras.

Pourtant, lorsque ma princesse a été malade, je l'ai couvée des jours entiers, quand elle a fait ses premiers vaccins, j'ai mis mon réveil toutes les 2 h pour m'assurer qu'elle n'en souffrait pas et ne faisait pas de température.

Je sais que j'aurais donné ma vie pour elle mais je ne l'exprimais pas. 

Et puis petit à petit, j'ai tenté de tout éteindre et de me retrouver juste avec elle à jouer, j'ai testé la balade en poussette à lui parler pendant des heures, j'ai osé la prendre dans mes bras juste pour la sentir collée contre moi. 

Puis, j'ai pleuré.

En réalité, je n'avais jamais reçu de câlins dans la famille, mon compagnon est assez distant à ce niveau-là (je l'ai choisi en partie pour cette raison), j'ai découvert la texture de la peau de ma maman à 25 ans quand je lui ai fait la bise par inadvertance. 

Je n'ai jamais été tactile et je ne supporte pas qu'on touche mon visage par exemple. 
Mais du coup, je ne savais pas comment m'y prendre.

Petit à petit, j'ai passé le cap de faire une sieste avec mon bébé, elle qui se débattait puisqu'elle avait l'habitude de dormir seule, j'ai passé le cap de la serrer fort contre moi en rentrant et petit à petit, sa tête s'est posée sur mes épaules. Comme si elle comprenait que maman était là aussi pour ça. Comme si elle comprenait que cet amour je l'avais depuis le début mais je ne savais pas le montrer.

Il m'aura fallu le temps, surement beaucoup plus que pour la moitié des gens mais en quelques mois, j'aurai appris l'amour fou. Celui de sourire juste en apercevant ma fille à la crèche, celui de rire en la chatouillant, celui du plaisir du gros câlin du soir avec une histoire pour passer une bonne nuit, celui d'une simple main dans ses cheveux. 

À toi, ma princesse, je dis merci. 

"On ne naît pas maman, on le devient" n'aura jamais eu autant de sens à mes yeux. À toi ma fille, pardonne-moi pour ces quelques mois où j'ai été absente dans un sens... je te promets que les prochaines années seront remplies de caresses dans le dos, de bisous dans le cou et de regards amoureux. 

Parce qu'il n'y a pas à dire, je l'aime plus que tout au monde ma crevette. 



mercredi 3 mai 2017

Minimalisme


C'est un article un peu blablatage aujourd'hui. 
Peut-être sans grand intérêt mais qui compte pour moi puisque je suis un cheminement libérateur très intéressant pour l'instant et que j'espère vous inciter à suivre le vôtre également. 

Il y a de ces émissions qui ne vous apprennent pas grand chose mais qui vous ouvrent les yeux... 
Cela a été le cas pour moi avec un documentaire Netflix sur le minimalisme.


Depuis toujours, j'ai tendance à vite donner les choses, à acheter et à être vite blasée. Je possède beaucoup mais je vois bien que je n'en profite pas.

Ma maman étant bouddhiste, je me rends compte qu'elle nous a éduqués avec le principe de non nécessité de la "possession". Du coup, ce reportage a réellement fait écho en moi.

Il y est expliqué très facilement que nous sommes dans un tourbillon de consommation sans fin. 
Que pour "être", il faut "avoir". 

De base, je n'ai pas eu ce type d'éducation et je n'ai même jamais compris ce principe de donner de l'importance à une personne inintéressante mais qui présente bien plutôt qu'à une personne simple bourrée de talent. Je connais des gens qui donnent l'impression (et là est la nuance) de tout avoir mais qui sont endettés et malheureux et d'autres plus discrètes beaucoup plus posées. Pourtant, au restaurant, on discutera avec celle qui présente bien. 

C'est le principe même de ce concept qu'avoir = être. Alors pour devenir qqun, les gens possèdent plus, présentent de mieux en mieux, s'endettent. Et là, le cercle infernal est lancé puisque pour pouvoir suivre ce train de vie, on se retrouve avec des personnes qui ont peur de perdre leurs emplois, qui sont maintenus sous le joug de leurs crédits et qui sont donc manipulables à souhait.


On en arrive ainsi au deuxième point abordé: la tristesse et le stress que toutes ces possessions engendrent. Pour être au top, il faut posséder la dernière génération d'iPhone, la plus grosse des maisons, les outfit les plus récents. Une fois qu'on a goûté à cet intérêt que les gens peuvent nous porter, on en est dépendant. Pour garder ce cap, il faut consommer finalement encore plus!
Instagram, Facebook, Snapchat, Blog, et j'en passe. Regardez bien les comptes à succès. Il y a quelques personnes talentueuses que je ne remets pas en question mais pour les 3/4, il s'agit d'un étalement de possession, d'argent qui permet de voyager, de vêtements hors de prix. On en arrive ainsi au 3e point.

Il y est expliqué que d'après une étude de Nokia, un citoyen lambda checke son gsm en moyenne 150 fois par jour. Vous imaginez la drogue? Peur de rater un SMS, dopamine en shoot avec une photo qui crée des likes, satisfaction de voir que le dernier achat est tweeté 150 fois. Et *bim* on retombe dans cette dépendance qui fait que toute personne est manipulable à souhait.

Je travaille actuellement sur "qui je suis" avec ma psy 
et je me rends compte que cela n'a rien à voir avec ce que j'ai.

Je consomme la plupart du temps par frustration. Je mange mes émotions comme on dit, j'achète quand j'ai mon salaire parce que "je ne me suis pas fait chier 1 mois pour rien". Admettez que vous faites pareil.

J'ai décidé de réduire mes achats en me posant réellement la question de "en ai-je vraiment besoin là maintenant tout de suite?". Autant vous dire que pour l'instant, je me suis retrouvée 0 fois avec un vrai "oui". 

Mais surtout ma consommation Internet. J'ai tendance à faire des pauses sur mes réseaux sociaux, comme si c'était trop pour moi à certains moments avant de me relancer dedans. Un peu comme une relation qui ne fonctionne pas, qu'on stoppe tous les x temps et qu'on tente de reprendre tant bien que mal. 

Avec le temps (ou la trentaine), j'y trouve de moins en moins de plaisir.

J'aime libérer ma main de mon gsm et l'utiliser pour faire un câlin à ma fille, 
j'aime mettre mon gsm en silencieux pour réellement écouter une conversation avec un ami,
 j'aime éteindre la télévision pour juste me poser et dessiner. 

Prendre du recul est désormais le plus important pour moi. Vivre dans le moment présent, faire ce que l'on aime vraiment et non pas ce qu'il faut. Il y a une très grande différence.

Et vous? Où en êtes-vous?

mercredi 19 avril 2017

Recette de One Pot Pasta au Poulet Basilic


Je sais que j'ai une guerre de retard mais il me fallait à tout prix
tester ces fameuses recettes de One Pot Pasta!

Bon, du coup, je ne suis plus sûre de devoir expliquer le principe mais pour faire simple: 
des pâtes, des ingrédients divers selon les envies et hop, tout dans la casserole!

Pour ma part, il me restait des filets de poulet à la maison, alors je suis partie sur une recette avec cet ingrédient et voilà ce que j'en ai fait:


Recette de One Pot Pasta au Poulet Basilic




Ingrédients:

250g de spaghettis complets
400g de filets de poulet
Une quinzaine de tomates cerises
5-6 feuilles de basilic frais
60cl d'eau
1 càs d'huile d'olive
Une demi-bûche de chèvre
Parmesan
Ail en poudre/sel/poivre





La recette:

Coupez les filets de poulet en gros morceaux.
Coupez grossièrement les feuilles de basilic.
Coupez les tomates cerises en deux.
Mettez tous les ingrédients dans la casserole SAUF la demi-bûche de chèvre et le parmesan.
Portez à ébullition et laissez cuire encore 15 min.
Pendant ce temps, découpez la demi-bûche de chèvre en petits morceaux et mélangez-là hors feu au plat une fois les pâtes cuites.
Parsemez ensuite le tout de parmesan et/ou fromage râpé.



Et voilà!



Mon avis:

Une recette totalement improvisée qui s'est avérée rapide, délicieuse et pratique! Pas beaucoup de vaisselle, pas beaucoup de temps en cuisine et des pâtes qui absorbent le goût des tomates et du basilic... un régal que je compte refaire encore et encore pour les jours de flemme intense!
Parce que cerise sur le gâteau... il y en avait encore pour le lendemain *flemmeX2*

Le petit plus, c'est le côté assez sain du plat puisqu'il n'y a aucune matière de cuisson, graisse ou autre. Ce n'est pas le plus light mais cela reste assez léger et très consistant!

jeudi 13 avril 2017

Ces achats que je referais sans hésiter!


Avoir un premier enfant, c'est clairement tout faire à tatillons
 en croisant les doigts pour acheter ce qu'il faut.

Parmi tous les achats que nous avons faits, quelques uns sortent du lot et me font dire chaque jour que je ne sais pas comment on aurait fait sans! 

Alors avis aux jeunes parents ou futurs parents, 
voici mes achats les plus utiles que je recommande puissance 1000!



Le transat Babybjorn

D'un montant assez important pour un simple transat, mon dieu que je suis contente d'avoir investi dedans! J'avais craqué principalement sur le fait que ce soit un transat minimaliste sans frioritures ni décoration mais finalement, quel bonheur! 
Son point fort? Il balance simplement avec une légère pression du pied ou de la main. Pour avoir une louloute qui adore être bercée, exit les Doomoo et autres nids douillets! Du coup, on est parti pour parfois la bercer des heures et sincèrement, pouvoir la poser au sol, faire  aller son pied dessus tout en regardant un film... il n'y a pas photo, ça nous sauve! Par après, elle saura le faire elle-même en balançant ses pieds toute seule en plus!


L'écharpe Je Porte Mon Bébé 

Au début, je n'étais pas pour. Je trouvais ce principe d'écharpe fort compliqué, un peu hippie (bah quoi? je suis franche non?) et je n'en voyais pas l'intérêt puisque des porte-bébés existent où il suffit juste de les poser dedans.
Finalement, à force d'en entendre parler, je me dis pourquoi ne pas essayer et vu qu'on me l'offre, je prends mais elle reste bien gentiment emballée dans le dressing.
Un jour de pleurs incessants au tout début de vie de notre princesse, je me dis que quitte à tout essayer, on va tenter l'écharpe. Je n'avais jamais fait de nœud et me retrouve à regarder une vidéo sur YouTube. Premier bon point: ce n'est pas aussi compliqué que je l'avais imaginé. Deuxième bon point: en la mettant dedans, l'effet est instantané, elle ne pleure plus! Je n'y crois pas! Troisième bon point: j'ai les mains libres! Et me voilà à faire ma vaisselle sans tracas.
Je réitère l'expérience quelques jours plus tard et la Miss s'endort directement et ne dit plus rien!
2 mois après, il n'y a encore parfois que l'écharpe qui fonctionne pour les coliques. Je pense que cette petite chose nous a sauvé de plusieurs crises sans fin!


La poussette Bugaboo Caméléon 3

Dès le début, on désirait investir dans une bonne poussette puisqu'on bouge énormément. Notre choix s'est porté sur la Bugaboo. En effet, après avoir testé en magasin une quantité importante de poussettes, celle-là est sortie du lot avec une simplicité et une maniabilité folle. 
Lorsque l'on a dit autour de nous qu'on mettrait plus de 1000€ pour une poussette, autant dire qu'on nous a un peu regardé comme des extraterrestres!
Et pourtant, 3 mois plus tard, je ne regrette absolument pas cet achat! En un tour de main, elle est pliée dans le coffre. En un clic, on passe du maxicosi à la poussette. Elle passe partout, est légère et se pousse avec une main (voire un doigt pour avoir essayé). À refaire, je reprendrais la même sans hésiter puisqu'il ne faut pas oublier que pousser un bébé ça dure des heures et que la plier dans le coffre... vous pouvez le faire jusqu'à 5 fois par jour! 


Des langes en coton

Ce principe de langes en coton est une sorte de mode puisque tout le monde en achète mais peu savent à quoi cela sert.
Je vous rassure, il ne s'agit pas de remplacer les Pampers par du lavable. En réalité, ce ne sont que de simples carrés de tissu coton. 
En tombant dessus chez Action à 1,99€ les 3 (si mes souvenirs sont bons... peut-être 2,99€ mais pas plus), je me suis fait plaisir en me disant qu'on verra plus tard si on leur trouvera une utilité.
Eh bien oui! Je ne m'en passe plus pour une utilisation toute bête: lorsqu'on change Bébé! En effet, en changeant sa couche, une fois sur 2, il y en a à côté puisqu'elle gigote (ou qu'elle se décide à faire pipi à ce moment-là). Après avoir lavé la housse du coussin à langer 3 fois d'affilé, je me dis que zut, maintenant, elle aura un tissu sous les fesses le temps que je la change... et quel gain de temps! 
Je plie le lange en coton en 2 au niveau du bas de la table à langer (là où va reposer son joli fessier) ce qui permet de ne salir que le lange en cas de débordement et de même pouvoir le replier et l'utiliser une seconde fois sur la même journée s'il n'y a qu'une petite tache. Exit le lavage complet de la housse! Bon par contre, clairement, je n'aurais jamais investi dans 20€ pour 3 carrés de tissu comme on peut voir chez certaines marques, donc je conseille Action ou Aliexpress si vous en voulez.


Le lit de voyage Aerosleep

Comme pour la poussette, nous avons décidé d'investir dans un bon lit de voyage. A 150€ le lit, comme pour la poussette également, on nous a regardé de travers. Et comme pour la poussette, je recommencerais cet achat mille fois!
Vous connaissez le principe de la tente Quechua qui se déplie toute seule? Eh bien pareil!
Au lieu de devoir déposer Bébé qui s'endort le temps de monter son lit et risquer de le réveiller, là, on ouvre le sac, on le sort d'une main et on le lâche. On met le matelas dans le fond et voilà c'est monté!
À vous dire vrai, on laisse même ce lit dans notre salon pour l'instant pour les siestes express puisque grâce au filet, elle peut nous voir et s'endort beaucoup plus vite!


Les bodys croisés

Là, je pense que cela dépend énormément des bébés mais la nôtre ne supporte pas qu'on l'ennuie avec des vêtements! On peut lui tripoter les pieds pendant des heures mais passer sa tête dans un vêtement et c'est la crise assuré!
Autant dire qu'on opte bcp pour le principe du body-cardigan pour éviter les pulls et autres t-shirts.
Alors, certes, un peu plus cher que des bodys classiques mais quand on gagne des pleurs inutiles, on ne réfléchit pas!




La baignoire Shnuggle
Sur les conseils d'amis proches, on décide d'utiliser une baignoire Shnuggle qui permet au Bébé d'être assis plutôt que couché comme dans une baignoire normale.
Premiers bains avec la sage-femme, elle couche Bébé, ne comprend pas trop le principe et trouve ça un peu bête de faire une baignoire si petite (sortez des sentiers battus et tout le monde est perdu!)
On continue d'essayer de la coucher et entre cris et pleurs, le bain devient un vrai calvaire! 
Après 2-3 bains où je ne sais pas qui a le plus pleurer entre elle et moi puisque à force de se débattre j'en attrape une peur bleue de la faire tomber, on se rend compte qu'elle a énormément de reflux et n'aime pas du tout être allongée. On me conseille alors de mettre un essuie dans le fond pour que cela soit moins dure pour elle.
Miracle! 
Mademoiselle préfère 1000 fois être en position assise et tant mieux puisque la baignoire est finalement faite pour!
Avec un essuie dans le fond, je peux la lâcher, elle est confortablement installée et regarde tout ce qu'il se passe autour d'elle et joue! Me voilà avec un Bébé qui pratique le bain libre et adore tapoter dans l'eau et moi qui respire de savoir qu'avec juste une main je sais la tenir (oui parce que les techniques de glisser sa main sous le bras et bla-bla-bla c'est bien beau quand on n'a pas une excitée du bulbe!)


Le videophone/babyphone Avent SCD630

Le marché des babyphones et autres caméras est énorme! Pour s'y retrouver quel calvaire! On en désirait un mais comme pour beaucoup de choses, "parce qu'il le faut sur la liste de naissance". L'homme en choisit un pour le côté technique dont je ne saurais même pas vous vanter les mérites je n'y connais absolument rien!
Ce que je sais par contre, c'est que maintenant que nous l'utilisons, je suis admirative de cet appareil! 
L'image est top, l'autonomie énorme, le signal est réellement bon, il n'y a donc aucune perturbation et le son peut être réglé sur "sensibilité élevée" ce qui fait qu'on l'entend même respirer.
Quand je vois les modèles hors de prix qui contiennent un système d'alerte en cas de modifications de rythme respiratoire, je me dis que celui-ci fait presque le même travail pour moitié moins cher puisque je vous rassure, avec un instinct de Maman, même en étant occupée, le moindre changement de respiration vous sautera à l'oreille!
Au départ, on nous a dit que de toute façon, quand un Bébé pleure, ça traverse les murs donc ça ne sert à rien... Mais quand il ne pleure pas? Qu'est-ce qui prouve qu'il n'est pas en train de s'étouffer?
Personnellement, je trouve ce système finalement très rassurant!


Une veilleuse 

À la maternité, on m'avait conseillé d'emmener une veilleuse avec. Je n'en voyais pas trop l'utilité jusqu'à ce qu'on doive changer Bébé en pleine nuit et que la lumière de la salle de bain la réveille d'un coup! Bonjour le Bébé en pleine forme qui pleure!
On a continué à utiliser une petite veilleuse sur piles qu'on avait acheté comme ça "parce qu'on nous le conseille". Mais une fois les piles mortes, nous avons investi dans une veilleuse dragon qui se charge par une station à induction et qu'il suffit de faire pivoter pour allumer ou éteindre. Il en existe de toutes les formes et de tous les styles!
Facile d'utilisation avec un Bébé dans les bras, design et pratique pour mettre à charger (puisqu'il suffit de le poser et non pas commencer à chipoter à brancher un câble), on l'utilise la nuit pour les biberons ou les changes. 
Je n'imagine même pas faire sans désormais!